Anne Sibran

–En vivant, en écrivant–

       « La ligne de mots palpe ton propre cœur. » Annie Dillard

Il s’agira dans cet atelier de revivifier notre écriture, activer un projet de roman : c’est-à-dire rétablir ces passerelles entre la page et la vie. Quelle est l’acuité particulière de celui qui écrit ? Quelle qualité d’attention réveille ou bien nourrit un texte ?

Travail sur les sens, l’humus de nos souvenirs, l’art de déployer des connexions, l’atelier se nourrira d’exemples et proposera des exercices destinés à permettre à chacun de reconnecter son écriture à son authenticité, un enracinement qui lui permettra ensuite toutes les audaces, déployant sa créativité et son imagination.

Dans ce processus rythmé comme un voyage, nous commencerons d’abord par voir ce qui bloque ou contrarie un projet d’écriture.

Puis nous irons nous tremper dans le bain vivifiant des premières fois, ces petites initiations, ces instants où la vie nous a pris par surprise et qui font un terreau précieux pour l’écriture, garnissent de sensations indélébiles la palette de l’écrivain.

Ainsi équipé, chacun partira vers son texte.

Entre deux ateliers, nous profiterons de l’intervalle pour écrire, encore, en gardant ce fil d’or de nos partages à distance, de textes et d’émotions.

On le sent, il s’agira surtout ici de ranimer l’élan, de réveiller l’intense afin de livrer passage à ce que chacun porte en lui de singulier.

Et j’aurai grand plaisir à convoquer quelques poètes, écrivains, entomologistes ou explorateurs, mais aussi des représentants des peuples premiers dont le chant ranime ces liens précieux entre l’homme et le monde qui l’entoure.


Ayant publié ses premiers romans chez Grasset puis chez Gallimard où elle publie : Je suis la bête (Prix SACD -Festival Impatiences, une dizaine d’adaptions théâtrales, pour France Culture, la Comédie Française et différentes scènes nationales) et Enfance d’un chaman (Prix Ecritures et Spiritualités 2018)  Anne Sibran est partie vivre en Equateur en 2009, après avoir appris une langue parlée par les peuples autochtones de la forêt. Actuellement, elle vit entre les deux pays, travaillant sur différents projets littéraires et sonores autour de la défense de l’Amazonie. Elle écrit depuis quinze ans des fictions pour France Culture. Son feuilleton « Le cercle sauvage » vient de recevoir le prix Radio SACD 2019.  Scénariste de bandes dessinées, elle écrit aussi pour la jeunesse et anime des ateliers d’écriture en France comme en Equateur.


En vivant, en écrivant, par Anne Sibran

  • 4 séances de 6 heures  chacune
  • dates : 25 et 26 avril et 16, 17 mai 2020
  • Horaires : de 10h à 17h
  • 12 places maximum -9 places disponibles
  • 1 500 €
  • Éditions Gallimard, 5, rue Gaston-Gallimard, 75007 Paris

    S'inscrire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.