Colombe Schneck

– La réalité romancée –

Comment passer de ce que l’on connaît à la fiction ?
Partir de faits réels, personnels ou non, pour s’en libérer, inventer, mentir, imaginer. Trahir la réalité, pour la rendre plus juste. Mentir et rester sincère. Accéder à son monde imaginaire, merveilleux et aussi trouver sa voix propre.
Ne pas se mentir sur ce que l’on est, être modeste et ambitieux, se faire confiance, pour écrire au plus près de soi et écouter les conseils des plus grands écrivains qui ont parlé travail, comme Philip Roth, Isaac Bachevis Singer, Jorge Luis Borges, Marguerite Duras et Annie Ernaux.


Lectrice,  Colombe Schneck a mis très longtemps à oser écrire. Elle est aujourd’hui l’auteur de neuf romans dont L’Increvable monsieur Schneck, prix Murat 2006, Val de Grâce, grand prix de l’héroïne Madame Figaro 2008, Une femme célèbre, prix Anna de Noailles de l’Académie française 2010, La Réparation, prix de la SGDL 2012. En 2015, elle a publié Dix-sept ans (Ed. Grasset) et Sœurs de miséricorde (Ed. Stock). Elle a beaucoup écrit sur son univers familial, pour s’en éloigner peu à peu.


La réalité romancée, par Colombe Schneck

  • 4 séances de 6 heures chacune
  • les 11 et 12 novembre, 9 et 10 décembre 2017 de 9h30 à 16h30
  • 12 places maximum – atelier complet
  • 1 500 €
  • Éditions Gallimard, 5, rue Gaston-Gallimard, 75007 Paris

S'inscrire

3 commentaires Ajoutez le votre

  1. Elodie dit :

    C’est un moyen très stimulant de considérer l’écriture. L’écriture personnelle redevient dans ce contexte une activité prise au sérieux, une activité à part entière. C’est un temps où l’écriture personnelle est remise en jeu, en cause, interrogée par d’autres. Elle est confrontée dans le but énoncé de passer à la publication. De confinée et secrète, elle devient une écriture qui s’envisage comme publique, destinée à être lue : elle sort de la clandestinité !

  2. Véronique dit :

    Cet atelier m’a redonné l’enthousiasme que j’avais perdu vis-à-vis de l’écriture. Au début j’étais très dubitative quant à ma capacité à reprendre un travail d’écriture, et cet atelier m’a redonné l’envie et le goût d’écrire.
    Par son écoute attentive et bienveillante, ses conseils avisés qui permettent réellement d’avancer Colombe Schneck m’a totalement remotivée.
    L’idée de mêler aux faits réels des éléments purement fictionnels, qui, à mon avis, donne encore plus de réalité au récit. Pendant l’atelier, chacun de nous a pu développer, au cours d’exercices proposés par Colombe, des personnages ou des situations que nous avons pu, ensuite, incorporer dans nos récits.

  3. Louise C. dit :

    Colombe Scnheck m’a bousculée lors du premier atelier en mars. J’étais plutôt contente de mes propositions lors du travail sur « les clichés », mais lorsque nous avons abordé le travail de mes personnages, – du roman avec lequel je me battais depuis deux ans – leurs descriptions étaient sans relief, vides. Colombe Schneck me l’a fait comprendre, et nous avons donc travaillé sur la description. De choses a priori insignifiantes. De ces détails qui font qu’une personne est cette personne et pas une autre. Qu’est-ce qui la caractérise ? Et j’ai enfin compris la façon dont il fallait que je procède. (…) J’ai mis un point final à mon roman une semaine après le dernier atelier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *