Pierre Péju

Comment élaborer l’intrigue d’un roman?

Un roman ne se réduit évidemment pas à son intrigue. Toujours à réinventer, le roman existe d’abord par son style, la singularité de son écriture. Il peut nous marquer par ses personnages et son intrigue peut être extrêmement ténue. Mais le « plaisir du texte romanesque » est lié, malgré tout, à la découverte de « ce qui arrive » aux personnages à partir d’une situation initiale.

Pour entraîner le lecteur, voire le captiver, l’intrigue exige une organisation délicate et un « nouage » des événements évoqués par le récit. Elle implique un suivi, des rappels, des indices, des techniques pour maintenir la tension, une gestion des accélérations ou des coups de théâtre, et éventuellement un « dénouement ». L’intrigue doit donner l’envie d’en savoir plus, tout en ménageant des surprises. D’où la nécessité de travailler la construction sans nuire à l’ « effet de réel ».

Au cours de ce nouvel Atelier, je propose donc de travailler à la construction de l’ intrigue romanesque en relation avec les questions suivantes:

1) Comment des éléments concrets de la réalité vécue par l’auteur peuvent-ils être utilisés et intégrés à la fiction ?

2) Quelle « transmutation » le réel brut doit-il subir pour devenir plausible dans l’intrigue romanesque ?

3) Comment toute intrigue, même la plus réaliste, reproduit-elle, pour être efficace, la dynamique du conte, puisque comme le dit Günther Grass : « Derrière tout grand roman, il y a toujours un petit conte !  » ?                   


Pierre Péju est l’auteur de romans, contes et nouvelles mais aussi d’essais sur le conte (La Petite fille dans la forêt des contes, Robert Laffont), sur le récit romantique (Lignes de vies, José Corti) et sur l’enfance (Enfance obscure, Gallimard 2011).
Aux Éditions Gallimard, il a publié Naissances, La Petite Chartreuse (Prix du livre Inter 2003, adapté au cinéma en 2005), Le Rire de l’Ogre (Prix du roman Fnac 2005), Cœur de pierre, La Diagonale du vide, L’État du ciel (2013). Son dernier roman, Reconnaissance, vient de paraître aux Éditions Gallimard.
Il est également l’auteur de monographies sur des peintres contemporains (Barcelo, Kieffer, etc.), de livres pour la jeunesse. Il collabore régulièrement à plusieurs revues littéraires ou philosophiques.


Écriture romanesque : l’intrigue et le réel, par Pierre Péju

  • 4 séances de 6 heures chacune
  • 14, 15 octobre et 18, 19 novembre 2017
  • horaires : de 10h à 12h et de 13h à 17h
  • 12 places maximum – reste 1 place
  • 1 500 €
  • Éditions Gallimard, 5, rue Gaston-Gallimard, 75007 Paris

S'inscrire

3 commentaires Ajoutez le votre

  1. Myriam dit :

    Un voyage insolite, et une expérience marquante, pour différentes raisons. Pierre Péju tout d’abord, qui place le projet d’écriture du participant au centre de son questionnement, écoute et propose des orientations de travail porteuses, avec générosité et bienveillance. Je retire de ce travail une énergie et des pistes de réflexion issues des questions, posées par Pierre aux différents participants, à ses remarques aussi, ses sourires lorsqu’une idée, une situation littéraire, semblent l’intéresser, le questionner ou même l’amuser. »

  2. Joëlle Le M. dit :

    Pierre Péju nous a énormément apporté : Ses encouragements et ses conseils à chaque participant pour que chacun avance dans son propre travail d’écriture, en analysant chaque projet avec son auteur et en le commentant avec les participants à l’Atelier ; enfin en conseillant à chacun comment affiner ce projet à la fois dans le thème choisi, la construction des personnages, le développement du récit et son écriture.

  3. Yetty H. dit :

    Pierre Péju m’a permis de me conforter dans l’idée que j’étais capable d’écrire de la fiction et m’a donné les clés pour y procéder.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *