Alain Borer

ATELIER DE POÉSIE

—————–Découvrir son prochain atelier————————

—————————————————————————————————

4 séances de 3h chacune

Dates à venir en 2022

Horaires : de 19h à 22h

12 places maximum

750€

Éditions Gallimard, 5, rue Gaston-Gallimard, 75007 Paris

 

 

– Atelier de Poésie –

« La poésie, il est plus aisé de la faire que de la cognoistre » observa Montaigne. Son message implicite : le poète ne sait pas ce qu’il fait. Il atteint au but qu’il n’a pas. C’est en cela qu’un atelier de « poésie » constitue un lieu de création c’est-à-dire de liberté, mais aussi de réflexion et d’exigence. Incroyablement vaste, le territoire de la « poésie », puisqu’il coïncide désormais avec le Réel, à l’échelle Un ! L’atelier répond à cette principale méthode : l’écoute réciproque. Ce travail solitaire progresse en groupe d’étude, en lieu attentif. La question d’écrire ne tient pas qu’au désir, au talent même, à la chose à dire, mais au travail, en ceci qu’il s’agit de savoir travailler. Quant à « trouver quelque chose à dire », comme se lamente Rimbaud en Abyssinie, la langue s’en charge. Cette langue chargée ne procède d’aucun savoir particulier, parfois même il suffit de désapprendre : la poésie dit ce qu’elle dit en le disant. Mais ce que l’on avait à dire était ce que l’on ignorait, et cela peut être littéralement inouï ! La « poésie », il n’est pas aisé de la cognoistre, parce qu’elle est vitale. Il faut vivre pour écrire, parce que la vie est un bref temps de parole. 


Alain Borer (Luxeuil, 1949) est poète (Pour l’amour du ciel, CD radio France), spécialiste d’Arthur Rimbaud (Rimbaud en Abyssinie, Rimbaud l’heure de la fuite, L’Œuvre-vie), romancier (Koba) et dramaturge (Icare), essayiste et critique d’art (Dürer, Beuys, Villeglé…), écrivain-voyageur (Le Ciel & la carte, Carnet de voyage dans les mers du Sud à bord de La Boudeuse… Professeur invité à USC (University of Southern California, Los Angeles), président national du Printemps des poètes, il s’est engagé dans la défense de la langue française autant que dans son illustration avec De quel amour blessée, réflexions sur la langue française.

 



S'inscrire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.