Camille Laurens

–  Le roman de soi  –

La préposition de est essentielle : écrire de soi, écrire depuis soi, exprimer les sensations, les émotions, les souvenirs qui se sont imprimés en soi – visages ou paysages, détails infimes ou intimes blessures – mais aussi les pensées, les commentaires qu’ils suscitent lorsque nous les ressaisissons à travers les mots.

Le roman de soi. Si, comme le rappelle Jean-René Huguenin, « la vie est le seul roman qui dise tout », l’enjeu s’inverse dès lors que nous voulons l’écrire : il nous faut choisir, au contraire, ce que nous allons dire ou taire, condenser ou développer, voiler ou exposer, et sous quelle forme. Passer de l’impression à l’expression, traduire en mots le ténu, le confus, le vague ou le fugace. Quoi, comment ? Ces deux questions seront au centre de nos interrogations. Car la matière autobiographique doit trouver sa manière fictive. Nous la distinguerons ainsi du témoignage, du journal intime, des confessions ou des mémoires. Les problèmes techniques et stylistiques (focales, temporalité, rythme, types de discours, etc.) qui se posent à tout romancier seront donc approfondis à travers lectures et exercices.

Le roman de soi. N’oublions pas ce dernier mot. Le roman de soi n’est pas le roman du moi, il n’est pas replié sur l’intime ni mû par le ressentiment. Comment éviter les pièges du roman personnel, trouver la bonne distance, comment faire en sorte qu’une vision singulière touche autrui et qu’un regard, une voix offrent une meilleure connaissance de soi et du monde, de soi dans le monde et du monde en soi ?


Agrégée de Lettres modernes, Camille Laurens a enseigné en France puis au Maroc où elle a passé douze ans. Elle vit maintenant à Paris. Elle est l’auteur d’un récit autobiographique, Philippe (1995), et de neuf romans, parmi lesquels Dans ces bras-là (Prix Femina 2000), L’Amour, roman (2003), Ni toi ni moi (2006), tous publiés en Folio et traduits dans de nombreuses langues. Le plus récent, Celle que vous croyez, a paru en janvier 2016 aux Éditions Gallimard.

Parallèlement, elle poursuit un travail d’exploration ludique du lexique français à travers trois recueils : Quelques-uns (1999), Le Grain des mots (2003), Tissé par mille (2007). Elle a aussi consacré un essai, Encore et jamais. Variations, à la figure de la répétition dans nos vies et dans les arts.


Le roman de soi, par Camille Laurens

  • 4 séances de 6 heures chacune
  • Les 13, 14 janvier et 10, 11 février 2018 de 10h à 17h
  • 12 places maximum –  atelier complet
  • 1 500 €
  • Éditions Gallimard, 5, rue Gaston-Gallimard, 75007 Paris

S'inscrire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *